Lave linge connecté – Partie 4.1 : le tachymètre

Par défaut

Cet article fait partie d’une série dont il est recommandé de commencer par la Partie 1

Dans la Partie 4, j’ai mesuré la tension fournie par le tachymètre en fonction de différentes vitesses du moteur. Pour recueillir cette information dans le microcontrôleur, j’utiliserai une entrée analogique. Or celles-ci, sont mieux adaptées pour mesurer une tension continue positive inférieure à 5V. La tension fournie par le tachymètre est alternative, il va donc falloir réaliser un petit circuit d’adaptation.

Ayant fait des mesures uniquement avec un multimètre basique, j’obtiens, à vitesse maximale, une tension alternative de 26V et 0V continue. Ce qui ne me donne pas d’informations sur la forme et la fréquence de ce signal.

Je profite donc de mon oscilloscope USB fraichement acquis pour jeter un œil sur ce signal.

Il s’agit d’une sinusoïde un peu bruité avec des pics à 100Hz causés par le variateur du moteur. La mesure étant faite à vide (sans charge résistive) et est très sensible au bruit. Je rajoute donc une résistance de 100 Ω aux bornes du tachymètre et refais une mesure.

Bien, cela a complètement supprimé le bruit et réduit la tension pour l’amener sur une plage plus adaptée à la mesure. Sur la vidéo suivante, on peut constater qu’en plus de ce que j’avais mesuré lors de l’étape de calibration, c’est-à-dire que la tension varie avec la vitesse, la fréquence varie également avec la vitesse.

Il serait donc envisageable de mesurer la fréquence, qui donnerait sans doute une mesure plus précise de la vitesse que la tension. Mais cela imposerait soit pas mal d’électronique supplémentaire, soit plus de puissance de calcul pour le microcontrôleur. Je préfère donc utiliser la tension.

On ajoute donc un redresseur de courant pour avoir une tension continue. Je commence donc par un pont de diode et voici le signal obtenu.

Il faut maintenant ajouter un condensateur pour lisser la tension. J’essaye avec une valeur faible (0.47 µF).

Ce n’est clairement pas suffisant, cela arrondi à peine le passage à 0 V, essayons avec 2.2µF, soit 4.7 fois plus.

Ça commence à lisser mais on est encore loin. Je ne fais pas dans la demi-mesure et mets un 1000µF.

Eh bien voila, je m’assure juste que lorsque je ralentis le moteur, la tension ne stagne pas trop. Non c’est bon, la résistance de 100 Ω et suffisamment faible pour décharger le condensateur rapidement. Voici donc ma plaque de test finale.

J’ai maintenant les valeurs de composant qu’il me faudra utiliser pour la Partie 8.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.